Il fait beau il fait chaud, on est à Paris, j’ai une copine qui aime l’art contemporain et qui aime autant que moi marcher dans les rues de Paris alors hop direction la Nuit BlancheA 20h, direction Abbesses pour notre première nuit blanche parisienne qui se déroule principalement dans le nord de Paris.

Ambiance plutôt sympa en arrivant dans le quartier de Montmartre, que ni l’une ni l’autre ne connaissait vraiment… Le temps de comprendre comment est organisé l’évènement, de mettre le plan dans le bon sens et hop c’est parti !
Le concept des nuits blanches est simple. Les artistes se font connaître grâce à des performances dans les lieux publics comme les églises, les écoles et lycées, les gymnases, etc.

Notre première visite

Dans une église de Montmartre une artiste a créé des abats-jours et autres suspensions avec du sel de la mer morte. Jolis jeux de lumière et interrogation du spectateur qui n’a pas eu les explications de l’oeuvre… de la neige, du coton?… bizarre cette matière!

On continue notre balade nocturne en suivant la foule disciplinée et on arrive alors dans un long couloir, avec l’impression d’entrer dans un camp de concentration. Ambiance pesante, les gens s’interrogent, n’osent pas avancer… et puis arrive une pièce où sont alignés une vingtaine de bouteilles d’oxygène dans la pénombre.
Les gens n’osent pas parler de peur que LE moment où quelque chose doit se passer n’arrive et puis au bout de dix minutes chacun décide qu’il a assez attendu!!
On ressort déçues et on cherche donc à connaître l’objectif de cette oeuvre… en fait son nom est « déception »… bon ben bien trouvé alors! Le moment interessant de cette performance est une explosion lors sur passage du 5000eme visiteur…

La visite continue

Notre visite se poursuit tranquillement dans les rues du quartier avec des choses plus ou moins interressantes. Une belle découverte c’est cette galerie d’art sur les murs de laquelle étaient projeté des films. A l’intérieur des artistes utilisant des miroirs et des technologies actuelles sont exposés. Comme par exemple ce tableau où le spectateur se retrouve dans l’action d’une bande-dessinée… grâce à une webcam.

 

Notre tour de Montmartre se termine par le Sacré Coeur où l’ambaince est moins agréable car plus de foule due certainement au côté touristique du lieu.

Nous partons donc à la recherche d’un café pour se déshydrater un peu parce que mine de rien ça fait quatre heures que l’on marche et la nuit ne fait que commencer ! Marrant d’ailleurs cette ambiance de point de raliement dans les cafés où les gens s’atablent, notent ce qu’ils ont vu, partagent leurs impressions… et préparent la suite de l’expédition !

Des papillons par centaine

Pour nous direction Hotel de Ville. En arrivant sur place on se rend compte que les amateurs d’art on fait place aux groupes de jeunes dans les rues… moyen comme ambiance… On poursuit donc dans Le Marais avec cette cour de lycée envahit par des papillons noirs, opressants, car très nombreux… Mais ils sont tellement jolis quand on les regarde de près que finalement on se laisse envahir par l’oeuvre et surtout on se demande combien de temps il a fallu à l’artiste pour les fabriquer et les déposer dans le cloitre de cette école.

Bon et bien voilà la nuit blanche 2011 commence à s’achever. Il est plus de 2h du matin. On voudrait bien rentrer. Mais malheureusement la RATP n’a pas voulu laisser les métros ouverts toute la nuit… alors que faire?… Ah ben le Vélib alors! Ah ben oui mais vu la pénurie de vélo aux stations on doit pas être les seules à y avoir pensé!! Oh et là que voyons-nous? Deux vélos qui nous attendent sagement… super !
Mes premiers pas en vélib ne font que confirmer que les voitures sont dangereuses quand même… alors j’ai pris l’option « trottoir » pour plus de sécurité et puis à cette heure y a pas de poussettes et pas trop de monde 😉

Bref bonne soirée, jolie visite de Paris sous un autre angle, des envies de balades (diurnes) et une bonne grasse mat’ dimanche 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités